Formations et audits Informatique et Libertés

Des professionnels en conformité Informatique et Libertés : formation, audit, formalités cnil, contrôle cnil et l’application Data Privacy Manager dédiée au CIL

Dictionnaire juridique

Décret du 29 décembre 2011 relatif aux pouvoirs de contrôle et de sanction de la CNIL

Vous êtes ici : Accueil du site > Brèves

lundi 9 janvier 2012

Décret n° 2011-2023 du 29 décembre 2011 relatif aux pouvoirs de contrôle et de sanction de la Commission nationale de l’informatique et des libertés

Le décret n° 2011-2023 du 29 décembre 2011 relatif aux pouvoirs de contrôle et de sanction de la CNIL modifie le décret n° 2005-1309 du 20 octobre 2005 modifié.

La procédure de contrôle sur place

  • Article 62 modifié :

Lorsque la CNIL effectue un contrôle sur place, elle informe au plus tard lors de son arrivée sur place le responsable des lieux ou son représentant de l’objet des vérifications qu’elle compte entreprendre, de l’identité et de la qualité des personnes chargées du contrôle ainsi que, le cas échéant, de son droit d’opposition à la visite.

  • Article 64 modifié :

Les missions de contrôle sur place font l’objet d’un procès-verbal.

Le procès-verbal énonce la nature, le jour, l’heure et le lieu des vérifications ou des contrôles effectués. Il indique également l’objet de la mission, les membres de celle-ci présents, les personnes rencontrées, le cas échéant, leurs déclarations, les demandes formulées par les membres de la mission ainsi que les éventuelles difficultés rencontrées. L’inventaire des pièces et documents dont les personnes chargées du contrôle ont pris copie est annexé au procès-verbal.

Lorsque la visite n’a pu se dérouler, le procès-verbal mentionne les motifs qui ont empêché ou entravé son déroulement, ainsi que, le cas échéant, les motifs de l’opposition du responsable des lieux ou de son représentant.

Le procès-verbal est signé par les personnes chargées du contrôle qui y ont procédé et par le responsable des lieux ou par son représentant. En cas de refus ou d’absence de signature, mention en est portée au procès-verbal.

Le procès-verbal est notifié au responsable des lieux et au responsable des traitements par lettre recommandée avec demande d’avis de réception.

  • Article 68 modifié :

Lorsque les opérations de vérification nécessitent l’accès à des données médicales individuelles, telles que visées au troisième alinéa du III de l’article 44 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, le préfet ou, selon le cas, le directeur général de l’agence régionale de santé dans le ressort territorial duquel doit avoir lieu le contrôle désigne, à la demande du président de la commission, un médecin inspecteur de santé publique ou un médecin inspecteur du travail ou un médecin chargé de requérir la communication de ces données ; le président de la commission peut également désigner un médecin inscrit sur une liste d’experts judiciaires. Le président de la commission définit les conditions d’exercice de la mission confiée au médecin selon les formes prescrites aux premier et deuxième alinéas de l’article 67.

Les sanctions administratives

  • Article 73 modifié :

Une mise en demeure est adressée au responsable du traitement à l’encontre duquel une sanction autre que l’avertissement est susceptible d’être prononcée.

La mise en demeure précise le ou les manquements aux obligations incombant au responsable du traitement en vertu de la loi qui ont été constatés par la commission.

La mise en demeure, décidée par le président de la commission, fixe le délai au terme duquel le responsable du traitement est tenu d’avoir fait cesser le ou les manquements constatés. Ce délai ne peut, sauf urgence, être inférieur à dix jours. Il ne peut excéder trois mois. Il court à compter du jour de la réception par le responsable du traitement de la mise en demeure. Lorsque la complexité de l’affaire le justifie, ce délai peut être renouvelé une fois dans la même limite.

La mise en demeure est adressée au responsable du traitement par tout moyen permettant à la commission d’apporter la preuve de la date de cette notification. Elle est également transmise, à titre d’information, au commissaire du Gouvernement.

  • Article 78 modifié :

Lorsque la formation restreinte décide de publier la décision de sanction, cette publication peut intervenir dès la notification de la décision de sanction à la personne concernée. La décision ainsi publiée indique qu’un recours est susceptible d’être exercé à son encontre devant le juge administratif.

Nos partenaires

Réalisation : Clic Story ®

Plan du site