Formations et audits Informatique et Libertés

Des professionnels en conformité Informatique et Libertés : formation, audit, formalités cnil, contrôle cnil et l’application Data Privacy Manager dédiée au CIL

Dictionnaire juridique

Secret des affaires devant le conseil de la concurrence

Décret n° 2005-1668 du 27 décembre 2005 - NOR : ECOC0500157D - art. 6 modifiant l’article 36 du décret du 30 avril 2002 +

Vous êtes ici : Accueil du site > Dictionnaire juridique

Expression juridique

Les articles L461-1 à L464-8 du code de commerce fixent les règles de procédure devant le conseil de la concurrence. Toute affaire présentée devant le conseil fait l’objet d’un dossier contenant à la fois les pièces exigées par les magistrats et celles sur lesquelles se fonde la défense de la personne assignée devant l’organe de régulation. Or, certaine de ces pièces peuvent contenir des élements fondamentaux de la stratégie des entreprises voire des secrets d’affaire.
L’article L463-4 du même code prévoit que "sauf dans les cas où la communication ou la consultation de ces documents est nécessaire à la procédure ou à l’exercice de leurs droits par la ou les parties mises en cause, le président du Conseil de la concurrence, ou un vice-président délégué par lui, peut refuser la communication ou la consultation de pièces ou de certains éléments contenus dans ces pièces mettant en jeu le secret des affaires. Les pièces considérées sont retirées du dossier ou certaines de leurs mentions sont occultées.
Dans les cas où la communication ou la consultation de ces documents, bien que mettant en jeu le secret des affaires, est nécessaire à la procédure ou à l’exercice des droits d’une ou plusieurs des parties, ils sont versés en annexe confidentielle au dossier et ne sont communiqués qu’au commissaire du Gouvernement et à la ou aux parties mises en cause pour lesquelles ces pièces ou éléments sont nécessaires à l’exercice de leurs droits".


Dès lors, lorsqu’une personne se prévaut du secret des affaires, elle signale par lettre, à l’occasion de leur communication au Conseil de la concurrence, les informations, documents ou parties de documents regardés par elle comme mettant en jeu le secret des affaires et demande, pour des motifs qu’elle précise pour chacun d’entre eux, leur classement en annexe confidentielle. Elle fournit séparément une version non confidentielle de ces documents ainsi qu’un résumé des éléments dont elle demande le classement. Le cas échéant, elle désigne les entreprises à l’égard desquelles le secret des affaires serait susceptible de s’appliquer.

Lorsque les informations, documents ou parties de documents susceptibles de mettre en jeu le secret des affaires ne sont pas communiqués au Conseil de la concurrence par la personne susceptible de se prévaloir de ce secret et que celle-ci n’a pas formé de demande de classement, le rapporteur général l’invite à présenter, si elle le souhaite, dans un délai qu’il fixe, une demande de classement en annexe confidentielle conformément aux prescriptions ci-dessus.

Les informations, documents ou parties de documents pour lesquels une demande de classement n’a pas été présentée sont réputés ne pas mettre en jeu le secret des affaires.
Le président du Conseil de la concurrence ou le vice-président délégué donne acte à la personne concernée du classement en annexe confidentielle des informations, documents ou partie de documents regardés par elle comme mettant en jeu le secret des affaires. Il peut refuser le classement en tout ou en partie si la demande n’a
pas été présentée conformément aux dispositions visée ci-avant, ou l’a été au-delà des délais impartis par le rapporteur général, ou si elle est manifestement infondée. La version non confidentielle des documents et
leur résumé sont versés au dossier.

Lorsque le rapporteur considère qu’une pièce classée en annexe confidentielle est nécessaire à la procédure, il en informe par lettre recommandée avec accusé de réception la personne qui en a demandé le
classement. Si cette personne s’oppose, dans le délai qui lui a été imparti par le rapporteur, à ce que la pièce soit utilisée dans la procédure, elle saisit le président du Conseil de la concurrence. Si celui-ci ou le viceprésident délégué donne suite à son opposition, la pièce est maintenue dans l’annexe confidentielle. Dans le cas contraire, il autorise l’utilisation de la pièce par le rapporteur et sa communication à la ou aux parties mises en cause, ainsi qu’au commissaire du Gouvernement.

Lorsqu’une partie mise en cause considère qu’une pièce classée en annexe confidentielle est nécessaire à l’exercice de ses droits, elle peut en demander la communication ou la consultation en présentant une requête motivée au rapporteur. Le rapporteur informe la personne qui a demandé le classement de cette pièce par lettre recommandée avec accusé de réception. Si cette dernière s’oppose, dans le délai qui lui a été imparti par le rapporteur, à ce que la pièce soit communiquée à la partie qui en fait la demande, elle saisit le président du Conseil de la concurrence. Si celui-ci ou le vice-président délégué donne suite à son opposition, la pièce est maintenue dans l’annexe confidentielle. Dans le cas contraire, il autorise la communication ou la consultation de la pièce à la partie qui en a fait la demande ainsi que, le cas échéant, aux autres parties mises en cause pour lesquelles la pièce est nécessaire à l’exercice de leurs droits, ainsi qu’au commissaire du Gouvernement.

Nos partenaires

Réalisation : Clic Story ®

Plan du site